Accueil  La Chaire  Activités Étudiante
Ingénieure
Professeur Parent Collaborateurs Contactez-nous

Restez à l'affût pour les prochaines activités !


Zoom sur...

Le 15e anniversaire de la Chaire Marianne-Mareschal !


NOTRE NOM MARIANNE-MARESCHAL

[Madame Marianne Mareschal] Nous avons choisi le nom de Marianne Mareschal pour cette Chaire afin de rendre hommage à l'une de nos collègues disparue trop tôt mais dont l'exemple contribuera à susciter enthousiasme et motivation chez les jeunes filles. Tant par son activité professionnelle que par son expérience de vie personnelle, Marianne Mareschal a laissé un héritage que nous desirons faire connaître.

Marianne Mareschal devient agrégée de physique de l'Université libre de Bruxelles en 1968. Elle enseigne d'abord les mathématiques et la physique dans un lycée en Belgique. En 1972, elle obtient un diplôme en géophysique de l'Université de Paris. La même année, avec son époux, lui-même géophysicien, et ses trois enfants, elle part à la conquête de l'Amérique. En 1975, elle décroche son doctorat en géophysique au Texas A & M University.

Spécialisée en géophysique externe, une discipline qui étudie le champ magnétique terrestre et les interactions électromagnétiques entre le soleil et les planètes, elle poursuit des études post-doctorales à l'Université de Toronto; elle travaille alors au sein d'une équipe qui sonde l'intérieur de la terre en utilisant les phénomènes de la magnétosphère comme source d'énergie.

Elle poursuit sa route à Ottawa où elle obtient un poste de recherche à l'Institut Hertzberg d'astrophysique. La vie prend une tournure imprévue: elle se sépare de son époux et son frère décède, laissant une petite fille que Marianne prend en charge. Elle se retrouve alors seule responsable de l'éducation de 4 enfants. [Madame Marianne-Mareschal]

En 1980, elle obtient un poste de chercheure à l'Université d'Alberta, à Edmonton. Elle travaille au sein d'un groupe d'études en archéomagnétisme et elle sillonne les sites archéologiques d'Italie et de Grèce. Ces travaux permettent d'établir l'origine et la position dans le temps des endroits échantillonnés.

En 1982, elle s'installe à Montpellier, en France, où elle veut faire connaître à ses enfants une culture proche de la sienne. De 1982 à 1986, sans stabilité d'emploi, elle partage son temps entre l'enseignement et la recherche au Centre de géologie et de physique de l'Université de Montpellier et la traduction pour boucler ses fins de mois.

En 1987, elle occupe un poste de chercheure à l'Institut de recherche minérale de l'École Polytechnique de Montréal et en 1989, elle devient professeure. Elle participe alors au projet Lithoprobe, un projet ambitieux sur l'étude de la lithosphère canadienne dont le but est de connaître l'origine et l'évolution de la croûte terrestre et de ses 100 premiers kilomètres. Ceci englobe, entre autre l'étude de l'Abitibi-Témiscamingue, le bassin québécois de minerais.

Marianne fut une pionnière dans l'utilisation de méthodes électro-magnétiques dans l'exploration minière. (La sismique est cette méthode qui consiste à envoyer des ondes sonores provoquées par une explosion à la dynamite et qui permet d'obtenir une image de haute résolution jusqu'à 80 kilomètres de profondeur). En raffinant le traitement des données, elle adapte cet outil qui, avant elle, n'avait été appliqué qu'à la détection de gisements de minerais profonds et de gisements pétrolifères.

Marianne Mareschal, l'une des rares géophysiciennes à travailler sur le terrain, jouissait d'une réputation internationale. Elle a reçu plusieurs prix en reconnaissance de ses travaux. Fréquemment invitée à prononcer des conférences en Afrique, en Europe et aux États-Unis, elle a non seulement travaillé dans le domaine du magnétisme, mais elle a exercé un magnétisme certain sur tous ceux qui l'ont côtoyée. [Madame Marianne Mareschal]

Esprit indépendant et travailleuse infatigable, elle a bourlingué de par le monde, sans vraiment avoir un plan de carrière, comme c'est souvent le cas pour de nombreuses femmes professionnelles. Elle avait choisi un monde qui n'a de frontières que celles qu'on lui impose.

Marianne Mareschal est décédée d'un cancer à l'âge de 49 ans en 1995. La générosité fait partie du legs que nous a laissée cette pionnière. Jusqu'au dernier moment de sa maladie, elle s'est préoccupée de ses étudiants et a planifié, avec ses collègues, la continuité de leur encadrement.

Nous espérons, par notre action, contribuer à élargir les sentiers que madame Mareschal a tracé.


 

L'équipe
Faites connaissance avec les titulaires.

Faites connaissance avec les chargées de projet.


Femmes géniales

Faites connaissance avec des femmes géniales.

 

Partenaires
     
© 2015 La Chaire Marianne-Mareschal Webmestre fanny.lalonde-levesque@polymtl.ca